Les tics de langage à éviter en entretien

L’entretien… une véritable torture ! On est obligé de faire attention à notre apparence, notre langage, nos gestes, en clair tout !

Pour tout ce qui est préparation à l’entretien, je vous propose de relire notre article et jeter un coup d’oeil aux expressions à bannir.

resolutions-scrabble-3297-824x550

3 petites astuces pour diminuer vos tics de langage qui pourraient gêner votre interlocuteur

  1. Les « euh » à tout bout de champ : vous ne vous en rendez peut être pas compte, mais il est fort probable que vous le fassiez ! Remplir les blancs par des « euh », c’est une manière de les « meubler » ou de vous donner un temps de réflexion avant de répondre à une question. Pour les éradiquer complètement, forcez-vous à utiliser des courts silences. D’une part, ils vous permettront d’analyser la question et de préparer votre réponse, et d’autre part, ils ne parasiterons pas l’esprit du recruteur. « Ce n’est pas très gentil ! Il pourrait écouter ce que j’ai à lui dire quand même » me direz-vous. Toutefois, rappelez-vous le nombre de fois où vous avez compté un mot que votre professeur répétait souvent, trop souvent, vous n’entendiez alors plus que lui et rien d’autre que lui, ce qui vous obligeait à demander à un de vos amis de vous expliquer le cours. Et bien là c’est la même chose, sauf que le recruteur ne peut pas demander à son collègue de lui faire un topo sur l’entretien qui vient d’avoir lieu, alors fini les « euh » et bonjour les silences !
  2. Conclure par « voilà » : Avez-vous tendance à dire « voilà » pour terminer votre phrase ? Si la réponse est oui vous êtes atteint de voilàite aiguë virale ! Le seul remède est de vous dire que lorsque vous dîtes « voilà » à la fin de votre phrase, c’est comme si vous disiez « point ». Une fois que vous aurez intégré ce principe, vous trouverez cela tellement ridicule que vous cesserez de le dire et votre voilàite aiguë virale s’estompera petit à petit.
  3. Utiliser un jargon incompréhensible : imaginez, vous partez en vacance dans un pays étranger dont vous ne parlez pas la langue, vous êtes perdu et demandez votre chemin à un habitant. Il vous explique alors comment faire pour aller du point A au point B, mais, dans sa langue ! Du coup, impossible de comprendre un traître mot de ce qu’il vous raconte. Dîtes-vous que, parfois, les recruteurs se retrouvent dans cette situation lorsqu’ils doivent recruter quelqu’un pour un poste technique. Donc, essayez d’expliquer de manière simple et structurée ce que vous avez fait. Vous verrez, le recruteur en sera reconnaissant.

Des questions ? Posez-les moi et je vous répondrai 😉

 

Laisser un commentaire