Ne brainstormez plus, gamestormez !

Pourquoi Gamestormer plutôt que Brainstormer ?

Gamestorming

« Brainstorming », mot sur toutes les lèvres depuis déjà quelques années, dorénavant, nous n’hésitons plus à qualifier la moindre réflexion par ce terme. Il se définit comme étant une méthode pour générer des idées créatives pouvant s’effectuer de façon individuelle ou collective et suivant plusieurs techniques possibles.

Cependant, VOUS, cadre supérieur dans une PME, entrepreneur aux grandes ambitions ou encore chef de projet, avez-vous déjà pensé à cadrer, animer et optimiser ces moments de réflexion ? De faire de ces séances de créativité de vraies expériences de team building porteuses de sens ?

Mais surtout, saviez-vous qu’il n’est pas nécessaire d’être un créatif né pour avoir les meilleures idées ?

Et oui… Chaque individu peut potentiellement penser « outside of the box » s’il est mis dans les bonnes conditions. Pour que la situation soit optimale il n’y a qu’une règle à suivre : il faut s’amuser ! Et les Gamestormings, ou Brainstormings par le jeu, sont là pour ça !

Jouer un rôle pour être soi-même

Imaginez des cadres supérieurs et des stagiaires brainstormant dans la même réunion. Très vite, les relations hiérarchiques se feraient ressentir et des barrières viendraient entraver leur créativité.
Le jeu sous-entend que les participants jouent un rôle et donc quelque part qu’ils sortent du moule dans lequel ils se sont calibrés. Grâce au Gamestorming, les joueurs oublient leur position, leur statut hiérarchique, et les échanges deviennent alors moins statiques et moins conformistes. De plus, à la différence du brainstorming classique, son aspect ludique inclut une notion de challenge et même parfois de compétition entre les joueurs, générant de l’adrénaline et augmentant le degré d’implication des participants.

Gamestormer, c’est sortir de sa zone de confort et de son quotidien en donnant l’opportunité aux participants de se démarquer des autres.

Le jeu en entreprise peut devenir un véritable révélateur de personnalités, et même, parfois, amener les participants à se surprendre en découvrant en eux des capacités qu’ils ignoraient jusqu’alors.

Jouer au bureau ? C’est très sérieux !

Attention, quand je parle de jeux ici, il n’est pas question d’entamer une partie de Monopoly ou de Mario Kart, non ! Je veux parler de jeux bien plus sérieux répondant à un objectif précis autre que la récréation, comme la création d’une promesse employeur par exemple ou encore la construction de l’arborescence d’un site internet.

Il faut savoir que cette méthode est modulable à tout type de questionnement, permettant de faire avancer et d’innover pour n’importe quel projet. C’est une expérience privilégiant l’intelligence collective dans laquelle les salariés deviennent de véritables collabor’acteurs. 

De plus, le Gamestorming n’a pas la simple faculté d’optimiser la génération d’idées et de résoudre des problématiques, c’est aussi un bon moyen d’améliorer la collaboration et de passer un moment de convivialité avec vos collègues et de valoriser votre marque employeur interne. N’oubliez pas, comme l’avait souligné Parlonsrh.com dans son article Marque employeur, « ce [que vous faîtes] à l’intérieur se voit à l’extérieur ».

Ces jeux sérieux, ou serious games, sont donc de bons prétextes pour les joueurs inavoués de s’amuser au bureau. Mais surtout grâce au Gamestorming, chaque individu peut gagner en compétences de créativité.

Travailler tout en s’amusant, ce n’est plus réservé qu’aux enfants !
Alors, plus d’excuses, amusez-vous pendant vos heures de boulot !

 

Laisser un commentaire