L’escape game comme outil de recrutement : les erreurs à éviter

©Challenge The Room

Recruteurs, à vous de jouer

Platon disait « On peut en savoir plus sur quelqu’un en une heure de jeu qu’en une année de conversation ». C’est dans cet état d’esprit là que le recrutement gamifié prend tout son sens.

Et quoi de mieux pour faire jouer les candidats qu’un escape game ? Vous savez ce jeu très en vogue pour son sens aigu du collaboratif, sa rapidité de prise en main et son immersion marquante.

©Challenge The Room

Pourquoi ce jeu est un formidable outil de recrutement ?

1. Diminuer le sentiment d’anxiété

Un entretien d’embauche n’est pas toujours la chose la plus évidente à faire. Comme nous avons pu déjà le démontrer dans un autre billet, le jeu aurait des vertus interessantes pour diminuer l’anxiété, briser la glace, et dédramatiser une situation compliquée.

Lorsque nous parlons de recruter avec un escape game, nous entendons de temps en temps l’apriori suivant : « les candidats savent qu’ils sont observés, cela peut être stressant et, surtout, ils ne vont pas être eux-mêmes ». Effectivement, cela est le cas, si la raison de l’utilisation de cet outil ne leur est pas expliquée, et si votre prestataire en escape game vous propose une prestation avec peu d’immersion et d’encadrement. En revanche, si les 2 conditions citées précédemment (explication de l’outil et immersion-encadrement) sont réunies, cela ne s’appliquera pas.

En moyenne, pour un format de 60 minutes, il faut compter 5 à 10 minutes pour que vos candidats « se mettent totalement dans le bain ». Les candidats, bien briefés en amont avec des indications claires, n’auront plus qu’à vivre le moment présent.

Nos différentes missions nous ont démontré que très rapidement les candidats ne pensent plus aux observateurs et se focalisent sur l’objectif : sortir avant la fin du temps imparti.

 

2. Révéler le savoir-être et la personnalité des candidats

C’est à partir de là que cela devient intéressant pour les observateurs RH. Ils vont pouvoir suivre la dynamique de groupe tout au long de l’expérience et observer l’attitude de chacun et son évolution.

Attention, les observations pendant le jeu ne constituent qu’une partie des bénéfices RH que l’on peut tirer de ce jeu. En effet, ce qui comptera le plus, sur le plan RH, sera le discours de chaque candidat à l’issue de l’escape game. Un débriefing collectif est donc intéressant, pour que chacun puisse exprimer ce qu’il vient de vivre.

Par la suite, dans un contexte d’échange individuel, le candidat pourra plus facilement et plus aisément à parler de lui. C’est aussi un moment d’échanges riche, permettant aux observateurs bien rodés de trouver les réponses à leurs questions : le candidat prend-il du recul sur lui-même et son attitude dans la salle ? Comment a-t-il fait face aux blocages de l’équipe ? Est-il critique ? Quelle est sa vision de l’esprit d’équipe ? etc.

Les échanges post escape game sont alors une source d’informations non négligeable.

 

3. Créer du lien entre les participants

Utilisés en simple brise glace pour un séminaire, en onboarding pour poser les premières briques d’une promotion soudée, ou encore pour simplement améliorer les échanges en aval avec les recruteurs et managers, les escape games sont de fabuleux créateurs de liens.

Ce jeu est construit sur un mode collaboratif, même s’il est possible de créer une petite compétition entre les équipes (quelle équipe battra un record de temps ? Quelle est l’équipe ayant demandé le moins d’indices ? etc. ).

 

4. Valoriser votre marque employeur, leur faire vivre une expérience et marquer les esprits

La marque employeur passe en partie par l’expérience candidat. Cette expérience positive marquera les esprits, même auprès des candidats qui ne poursuivront pas leur aventure professionnelle chez vous. Ce sera également l’occasion de faire vivre certaines de vos valeurs : l’esprit d’équipe, la prise d’initiative, l’ouverture aux expériences et méthodes innovantes…

D’un point de vue communication employeur, une communication bien travaillée et bien ciblée autour de cet événement sera bénéfique. N’hésitez pas à marquer le coup en réalisant une vidéo timeline par exemple.

 

Quelles sont les erreurs à éviter ?

1. Dissimuler un recruteur dans le groupe sous une fausse identité

Se faire passer pour un candidat pour mieux « espionner » créera un sentiment de tromperie. En mentant aux candidats dès le début de l’aventure, les conditions ne seront pas favorables pour la suite. Les messages véhiculés par la société lors de cet événement seront alors contre-productifs.

Si vous souhaitez conserver la confiance de vos candidats, soyez transparent dès le début. 

 

2. Substituer l’escape game aux entretiens

Eliminer un candidat pour sa performance moyenne au jeu, cela reviendrait à considérer que le candidat doit « gagner » sa place au sens premier du terme. D’autre part, les habitués d’escape game seraient avantagés vis-à-vis des autres.

Comme nous l’avons suggéré plus haut, nous vous conseillons de réaliser des entretiens post-expérience. Ainsi, chacun des candidats aura la chance de s’exprimer et de dévoiler davantage sa personnalité, même si vous jugez qu’il n’a pas été très performant pendant le jeu.

En revanche, pour exploiter son potentiel de présélection, vous pouvez accorder des entretiens plus longs à vos candidats « coup de coeur ».

 

3. Mettre en place un escape game trop court, par rapport à vos enjeux

Nous conseillons généralement les petits formats d’escape game (15 minutes) pour briser la glace, marquer les esprits et faire vivre une expérience ludique. Le savoir-être peut déjà être observable sur ce type de format, car, la glace étant brisée, les candidats sont plus à l’aise pour échange en entretien.

Cependant, si vous souhaitez créer une véritable cohésion d’équipe et faire ressortir un savoir-être plus poussé, nous vous préconisons les formats plus longs (30 à 60 minutes).

 

4. Choisir une thématique qui n’est pas adaptée

La thématique et l’intrigue ont aussi leur rôle à jouer. Puisque nous parlons d’univers imaginaires, nous pouvons dire que les possibilités de thèmes ne manquent pas à l’appel sur le marché des escape games.

Vous ne trouverez probablement pas d’escape games qui se rapprocheront en parfait accord avec le secteur d’activité de votre entreprise. Là n’est pas la question. Il s’agit plutôt d’être en accord avec le storytelling donné à cette journée.

Travaillez la transition entre le discours du recruteur en introduction et celui du game master qui lancera l’escape game.

En soi, il n’y a pas réellement de thématiques « inadaptées », mais certaines qui le sont plus que d’autres. Exemple : un escape game sur le thème des maisons closes, en entreprise, ça peut faire mouche. Mais là encore, tout est relatif !

 

Pour organiser un recrutement en escape game, contactez-nous et faites un tour sur le site de nos partenaires !

Laisser un commentaire