Les réseaux sociaux et le licenciement

Réseaux sociaux et travail, incompatibles ?

20706150_SA

Les réseaux sociaux, nous y sommes  constamment, que ce soit en cours, en vacances, au travail. Nous sommes connectés, nous partageons des instants de vie, nous nous plaignons, nous faisons des louanges, nous commentons. L’objectif est de partager un instant de sa vie à ses amis, ou non d’ailleurs. Bref, notre vie se retrouve facilement exposée aux yeux de tous.

Les dangers des réseaux sociaux

Bavards que nous sommes sur Internet, nous divulguons énormément d’informations et nous en captons beaucoup. Les réseaux sociaux ont deux gros avantages. D’une part, c’est une mine d’or d’informations sur une entreprise et d’autre part, c’est une source d’offres d’emploi.

Nonobstant, cela est à double tranchant. Si vous avez accès à leurs informations, eux aussi ont accès aux vôtres, surtout si votre compte Faceboook, par exemple, n’est pas paramétré comme il le faut. Ne soyez pas dupes ! Si vos discussions sont publiées sur votre mur et que celui-ci est public, il y a de fortes chances que cela ne se passe pas très bien pour par la suite si vous insultez votre employeur… Vous pouvez être mis à pied pendant quelques jours, voire même licencié !

L’illustration qui suit est on ne peut plus clair. Le tweet lui a été fatal.
twitter-neojobs

Le danger des réseaux sociaux

Tout dépend des propos que vous tenez et dans quel contexte. Ils peuvent être alors qualifiés d’incitation à la rébellion, d’injures et moqueries ou encore de déloyauté. Le Conseil de prud’hommes a parfois du mal à trancher car la question des réseaux sociaux a chamboulé le droit du travail et avec elle, les sanctions à appliquer en cas de mauvaise conduite. Lorsque vous publiez quelque chose sur les réseaux sociaux, le Conseil de prud’hommes va prendre en considération vos paramètres de confidentialité et le nombre de vos amis ou abonnés. Donc la règle d’or est : tu veux te plaindre de ton employeur, abstiens-toi de le faire sur les réseaux sociaux !

Exemples « marrants »

En cherchant un peu, je vous ai trouvé quelques exemples d’employés congédiés suite à une photo, un post Facebook ou une vidéo.

  • Il se prend en photo sur des pains hamburger à Burger King, et ça ne passe pas aux yeux de l’enseigne

photo-virée

  • Ce professeur de mathématiques de lycée a été renvoyée suite à une photo provocatrice

a98873-teacher

  • Une bibliothécaire d’Oxford a été licenciée pour avoir laissé les étudiants réalisés un Harlem Shake

D’autres exemples dans l’article Facebook et licenciement : les statuts qui les ont fait virer de Cadre Emploi.

Méfiez-vous de vos publications sur les réseaux sociaux ! Vous avez eu une expérience similaire ? Partagez-la avec nous !

Laisser un commentaire